Trois questions pour choisir la certification, en VAE

Publié le 2 Août 2012

Quelle certification présenter en VAE ?

C'est la première question que se pose le futur candidat qui envisage de faire une VAE.

En fait, il se dit plutôt, quel diplôme présenter en VAE ?

 

Et la première complexité vient de la nature de la certification, et de son statut. Toutes les certifications ne sont pas des diplômes ! Il existe des titres, des certificats, ... alors que faire ?

Et bien justement il faut savoir quoi en faire ?

- Si c'est pour poursuivre des études, ou élargir son marché de l'emploi, on préférera un diplôme (du CAP au doctorat, délivré par l'Etat ou en son nom). Au niveau du supérieur les diplômes sont répartis en grades (Licence Master Doctorat) dont le niveau est reconnu partout en Europe, et dans beaucoup d'universités dans le monde.

- Si c'est pour travailler dans un secteur donné et affirmer des compétences, on peut préférer un titre professionnel, Il en existe à tous les niveau et sont reconnus par des branches professionnelles. Attention, il n'est pas possible de poursuivre des études avec un titre, si les passerelles ne sont pas prévues. Certains certificateurs qui délivrent des titres et des diplômes ont pensé leurs certifications avec leurs passerelles vers des diplômes, moyennant un léger complément de formation parfois. Entre certificateurs différents, ces passerelles sont plus difficiles, voire impossibles malgré une concordance de niveau des certifications.En tout cas, à l'étranger le titre ne sera pas reconnu du tout.

- Si c'est pour signaler un élargissement dela gamme des compétences, on peut envisager un certificat. Ces certifications sont adossées à des diplômes de même niveau. Cela signifie qu'il faut déjà avoir un diplôme avant d'envisager la VAE.

Le CQP 'Certificat de Qualification Professionnelle" est un titre de branche. C'est une certification qui démontre une qualification spécifique dans une branche professionnelle. Le CQP permet de travailler dans un secteur donné mais pas de poursuivre des études. Il existe de nombreux CQP.

Pour identifier la certification qui vous convient vous pouvez consulter le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP)

 

Le niveau de la certification est un critère important (classification de V pour le plus bas et I pour le plus élevé). Il existe des certifications qui relèvent d'une activité professionnelle similaire, mais dont le niveau est différent. Nombre de candidats hésitent sur ce critère.

Les niveaux expriment différents degrés d'autonomie, d'ingénierie, et d'encadrement dans le travail, et que le choix pour la VAE devra se faire,  non pas en fonction de la capacité, ou des potentiels du candidat ,mais en fonction de la réalité de ces expériences dans son parcours professionnel.

Il est parfois difficile de définir en amont de la VAE, le niveau de la certification à choisir. Ce n'est pas aux services de conseil et d'orientation de pré-évaluer le candidat sur ce point. Il peuvent le guider dans ses choix en lui décrivant quelques enjeux de la certification à travers le référentiel mais pas vraiment au delà.

A l'étape de la recevabilité, le certificateur peut faire des recommandations éclairées mais l' évaluation définitive du niveau se fait au moment du jury.

Pour conserver une marge de manoeuvre, il est  possible de faire deux demandes de recevabilité pour des diplômes de niveaux différents (sous réserve que les frais de recevabilité ne soient pas trop élevés). Une fois les financements d'accompagnement accordés pour une certification, il est toutefois plus difficile de modifier son intitulé pour le dossier final. Certains certificateurs et financeurs sont plus souples que d'autres sur ce sujet. A questionner !

Quelques jurys très ouverts acceptent de dépasser les aspects administratifs de la demande de validation, et plutôt que déclarer une non validation en raison d'acquis qui ne sont pas au niveau de la certification demandée, analysent le dossier dans sa globalité, et au regard des compétences peuvent proposer de valider la certification de niveau inférieur, si elle existe. Ces pratiques existent mais restent rares à ma connaissance.

 

La dernière question à se poser est celle du choix du certificateur lui-même c'est à dire l'organisme qui valide.  Pour le savoir il faut répondre à la question "de quel secteur, veut-on une certification".

Je travaille, je veux travailler je veux faire des études, ...dans l'agriculture, le bâtiment, le médico social, la petite enfance, les arts, le sport, la gestion d'entreprises, ....???? Sachez que l'Education Nationale n'est pas le seul certificateur. D'autres ministères délivrent des certifications (diplômes ou titres), les chambres consulaires aussi, sans oublier les titres de branches professionnelles mis en oeuvre par pléthore d'organismes de formation continue . Le choix va dépendre à la fois de la nature de votre parcours mais aussi de ce que vous voulez faire de votre certification

 

On parle aujourd'hui de "monétisation" des certifications . La certification devient de signal lisible (par les employeurs ou les établissements de formation) de la valeur d'une expérience en terme d'acquis, d'apprentissages.

Le choix de la certification dépendra non seulement des acquis potentiellement validables, mais aussi de l'usage et des destinataires de la validation.

Demandez à votre conseiller, d'où qu'il soit , de vous expliciter tous ces aspects.

Rédigé par cap vae

Publié dans #Les ETAPES de la VAE

Repost 0
Commenter cet article